On le sait, des espaces pour discuter de sa pratique professionnelle, de sa motivation, de son rapport au travail et à son organisation sont encore trop peu nombreux dans les organisations. Je suis intimement convaincue que leur généralisation au sein des entreprises, des collectivités, des Universités, de la fonction hospitalière, de l’Éducation Nationale, contribue pleinement à l’amélioration de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT) de ceux qui y participent.

Les personnes en responsabilité d’équipes sont en proie à de nombreux questionnements sur leur pratique managériale. Pouvoir en discuter avec d’autres managers  leur apporte des clefs de compréhension,  le partage de bonnes pratiques, le soutien du collectif. Cela permet aussi de comprendre la place des émotions pourtant bien présentes dans le milieu professionnel, et leur utilité.

J’ai pour mon part animé un de ces ateliers auprès de responsables de service  d’une Université. Les situations auxquelles ces hommes et ces femmes sont confrontés touchent à l’éthique managériale, à leurs propres valeurs et celles de leur organisation. Ils s’interrogent sur leur degré d’implication dans la régulation des équipes et la bonne gestion des conflits. Ils expriment certaines difficultés dans la communication duelle ou collective. Ils questionnent la justesse de leur posture face à leurs collaborateurs et à leur hiérarchie.

Au fil des séances, la parole s’autorise, passe de timide à plus affirmée, authentique.
On assiste à l’émergence d’un groupe avec sa dynamique, puissante et soutenante.
On voit émerger des solutions, dans un cadre d’écoute et de bienveillance mutuelles toujours respecté.

 

 

DES BESOINS CLAIREMENT EXPRIMÉS

Les besoins ont émergé au fil des séances, pour gagner en précision : 

  • éclairer la pratique d’une réflexion plus large,
  • gagner en objectivité dans certaines situations,
  • trouver à plusieurs des solutions aux problèmes du quotidien,
  • pouvoir partager leur doutes, 
  • se sentir moins seuls.
 

Ces espaces d’échange, de prise de recul, de bonnes pratiques pour managers trouvent toute leur pertinence.

 

 

DES BÉNÉFICES À PLUSIEURS NIVEAUX

Interrogés sur l’impact de ces temps d’échange, il en ressort un bénéfice personnel, professionnel, et collectif. Le constat est là : questionner la pratique managériale au sein de chaque organisation est une stratégie gagnante :

-> pour les managers qui renforcent leurs compétences, affirment leur posture, gagnent en confiance, y trouvent outils, écoute et entraide mutuelle dans une dynamique d’apprentissage et de recherche contante d’amélioration continue ;

-> pour les organisations qui peuvent s’appuyer sur ce levier et faire remonter des problématiques RH qu’il convient de traiter, contribuant là aussi à améliorer les conditions de travail et qualité de vie de leurs salariés.

 

 

Bref, de tels espaces répondent constituent une véritable valeur ajoutée au seins des organisations. 

À quand leur généralisation ?