Sachez manager contre vents et marées


Nos organisations doivent survivre, et la crise que nous traversons tous questionne notre rapport au travail.

Les managers ont un rôle essentiel à jouer vis-à-vis de leurs collaborateurs. Conscients plus que jamais d’être les garants de la santé physique et psychologique de leurs collaborateurs et des liens puissants qui existent entre bien-être, cohésion d’équipe et performance.

Managers, en ces temps troublés qui ébranlent nos habitudes et nos certitudes, c’est le moment d’exercer votre leadership et votre bienveillance. Comme évoqué par Michaëla P, rencontrée dans une de mes formations :

 « Le manager doit connaître le cap, faire profiter tout le monde du beau temps et mener l’équipage pendant la tempête »

Et la tempête, on y est…en plein dedans. Quels sont les défis à relever pour mener à bien sa mission en ces temps de crise ?

Vous naviguez en eaux troubles ?  Clarifiez

Vous avez de nombreuses incertitudes liées à l’organisation du travail, à l’état physique et psychologique de vos collaborateurs, aux modalités du déconfinement et à quoi ressemblera votre organisation, après…

Ce manque de visibilité est source de stress. Or non seulement le stress est contagieux au sein d’un groupe, mais c’est la personne au niveau de stress le plus élevé qui va impacter le niveau de stress des autres membres du groupe. Sans doute l’avez-vous déjà remarqué. Les questionnements sont de vos collaborateurs sont nombreux également :  Mon salaire est-il maintenu ? Jusqu’à quand cette organisation ? Pourquoi doit-on aller travailler sur site ? Comment va se faire le retour à l’emploi ?

C’est dire l’importance vous de baisser votre propre niveau de stress, d’avoir une communication claire et fiable. Soyez donc transparents dans les informations communiquées. À vous d’informer régulièrement des nouvelles décisions et dispositions prises, des dates importantes.

Faites preuve de pédagogie, préparez vos prises de parole pour qu’elles soient efficaces car de la clarté naît la compréhension ! Si vous n’avez pas de réponse à apporter pour le moment, soyez transparents là aussi, et donnez des indications ultérieurement.

Vous naviguez à vue ? donnez des repères !

Naviguer à vue consiste à estimer sa position sans aucun instrument qui serve de repère.

Or le travail au temps du CoVid, c’est du jamais vu. Face à une situation nouvelle, notre cerveau se réfère souvent à ce qu’il connait déjà. Mais le caractère inédit de la situation actuelle oblige notre esprit à faire preuve de créativité, d’adaptabilité, d’agilité. Notre mode de pensée devient adaptatif et non plus automatique, ce qui mobilise beaucoup d’énergie.

En tant que manager c’est VOUS le repère de l’équipe. À vous donc de donner des jalons dans le temps, dans l’organisation générale, dans les rôles de chacun, dans les outils mis à disposition et les canaux de communication à privilégier.

Incitez vos collaborateurs aussi à se créer des repères dans la journée : d’abord, en les déculpabilisant sur leur sentiment d’être moins productifs : la situation change notre rapport au temps, le lieu de travail est la maison avec tous les parasitages que cela implique sur notre attention, notre capacité de concentration, notre charge mentale.

Expliquez que des pauses sont à introduire dans la journée. Les Neurosciences nous éclairent bien sur ce point : une journée de travail non-stop est bien moins productive en termes de résultats, de qualité de travail et de sentiment de satisfaction. Or le sentiment d’être peu efficace entame notre engagement au travail, réel carburant dans la durée. Donc, micro-siestes, étirements, coups de fils à des amis, confection de gâteaux… permettent de mettre le cerveau au repos pour gagner en efficience ensuite.

Vous traversez une tempête ? rassurez et faites corps

Soyez rassurant, à l’écoute, c’est une occasion formidable, inespérée de muscler votre fibre empathique car l’intelligence émotionnelle est une compétence clef de votre leadership. Comment la pratiquer ?

D’abord en prenant la mesure de l’importance de qui nous arrive : des salariés peuvent sortir fragilisés de cette crise, voire très ébranlés. Comment alors accompagner ceux en souffrance ? Certains auront besoin d’un soutien psychologique quelque temps, peut-être avec un professionnel extérieur à l’entreprise.  Dans d’autres cas, c’est vous qui apporterez ce soutien.

Observez chez vos collaborateurs les premiers signes de risques psychosociaux tels que : irritabilité, troubles de l’humeur, anxiété, désengagement vis-à-vis de l’équipe, du travail. N’hésitez pas à solliciter des personnes pour être les « observateurs » du moral de chacun.

Le temps que vous passez à prendre soin de vos collaborateurs a toujours fait partie de vos missions de manager. Là il faut accroître sa vigilance et inscrire ce temps dans votre agenda pour des entretiens individuels réguliers.

Questionnez : Comment s’organisent-ils, quelles sont leurs difficultés, à quel point la perte de contact avec les collègues les impacte-t-elle ? Ce qui vous permettra de : mieux comprendre ce que cette situation inédite provoque chez vos collaborateurs et leur relation au travail, admettre que chacun le vit à sa manière, dans des environnements plus ou moins contraints, qu’il l’exprime avec plus ou moins de facilité, être attentif aux motivations intrinsèques qui permettront de maintenir l’engagement…

Pratiquez les techniques de reformulation très efficaces pour renforcer votre qualité d’écoute.

Misez également sur le collectif, et donc la connexion, les moments de partage qui vont au-delà du travail. Proposez des moments conviviaux, et « de détente » en commun. Ce besoin d’être en lien, d’appartenir à l’équipe est précieux pour ceux qui télétravaillent.

Faire corps, c’est valoriser la collaboration qui dépasse la coopération et mise sur l’entraide, la solidarité entre les collègues. Faire corps c’est se sentir partie intégrante d’un tout, quelque soit son niveau dans la hiérarchie.

Maintenez le cap : donnez du sens à l’action

Donner du sens à l’action est plus que jamais nécessaire.

Le besoin de sens répond à la question du pourquoi : Pourquoi il est nécessaire d’adapter les moyens de production ?  Pourquoi suis-je au travail mais pas ma collègue ?

Comme l’action collective implique le rôle de chacun, cette crise vient fragiliser notre identité professionnelle. Celle-ci est mise à mal, laissant la place à la remise en question de différents aspects de notre rapport au travail, au poste, à la fonction, à l’organisation.

Gardez le cap avec des objectifs clairs de l’organisation, du service, et du rôle de chacun. C’est interroger la qualité des relations entretenues avec les clients, l’image de l’entreprise, l’engagement des collègues. Revisitez le fondement même de votre action :  quelles valeurs vous portent ? Lesquelles souhaitez-vous renforcer avec vos équipes ?

Faites confiance en favorisant l’autonomie : accueillez en ces temps inédits les prises d’initiative, les demandes de participation, les idées innovantes liés à l’organisation, à la répartition des tâches, aménagements de l’espace en vue du retour sur le lieu de travail…autant d’occasions que vous leur offrez de prendre un peu le contrôle sur la situation.

Gardez à l’esprit que le travail va bien au-delà de la réalisation d’une tâche en vue d’une rémunération. Il répond à de nombreux besoins, variables d’une personne à l’autre, que je constate avec force lors de mes accompagnements : le besoin d’appartenance, d’être utile, de progresser, d’acquérir de nouvelles compétences, d’apprendre, de donner du sens à sa vie et j’en passe.

Amenez votre équipage à bon port

Nul ne connait la durée exacte de cette crise, ni ses impacts à moyen et long terme sur sa propre organisation.

On devine une crise économique majeure, une géométrie des priorités et des relations qui sera différente.

Pour l’heure, il s’agit d’être plus forts, plus longtemps. D’être endurants.  

Ce qui mobilise toutes nos ressources individuelles et collectives. Profitez donc d’un temps de pause pour (re)découvrir l’extraordinaire aventure que vécut Ernest Shackleton, capitaine du navire nommé Endurance ( !!). Il fut pris au piège de la banquise en 1915 avec ses 27 membres d’équipage. Cet homme réussit le tour de force de sauver ses hommes en ayant survécu dans des conditions extrêmes (-45°C), pendant plusieurs mois, et de revenir par leurs propres moyens (film de l’expédition).

Cette expérience met en lumière la nécessité de créer les conditions d’une collaboration efficace, d’avoir le courage de prendre des décisions, la force de ne jamais renoncer.

Faites preuve de reconnaissance, levier puissant de l’engagement et de la performance de vos collaborateurs :  des hommes et les femmes qui travaillent au quotidien, rendent possible un service, résolvent des problèmes, font preuve d’inventivité et de solidarité, pour transformer, ensemble, des obstacles en opportunités.

Plus que jamais, faites preuve de leadership.

Plus que jamais, faites preuve de bienveillance.

Vous avez votre boussole, vous avez le sang-froid, vous avez la confiance, vous avez la conviction, vous n’êtes pas seul….. vous arriverez à bon port.

Scroll to top